QUI SOMMES-NOUS ?

Le Collectif du Patrimoine des Comores a été créé le 10 juin 2006 par un groupe de Comoriens de la diaspora et d’amis des Comores. Son siège social est à Paris (dans le 18ème).


NOS OBJECTIFS

— Obtenir que les sites et monuments remarquables de Gazidja, Nzouani et Mohéli soient classés au Patrimoine Mondial de l’Unesco afin de mettre fin à la dégradation et à la destruction qu’ils subissent actuellement.

— Mieux faire connaître notre patrimoine en France, dans le Monde et dans les îles des Comores afin que ces richesses culturelles et naturelles soient pour notre pays un atout de développement touristique et pour les Comoriens de la Diaspora un vecteur d’épanouissement de leur identité. Susciter et organiser des partenariats entre les états, les organismes internationaux, les entreprises et les particuliers pour contribuer au rayonnement de notre culture.


SOUTENEZ NOS ACTIONS

- devenir bénévole

- devenant adhérent

-devenant membre

En ce début de semaine, nous avons été alertés par le DANGER qu’encourt la Citadelle de Mutsamudu rénovée de 2010 à 2011. Un particulier a entamé un chantier de construction situé en aval de celui-ci et menaçant les fondations mêmes de ce monument proposé sur la liste indicative du patrimoine mondial de l’UNESCO.


Rappelons que cet édifice a été construit au XVIIIème siècle pour servir de rempart aux razzias des pirates malgaches. Aujourd’hui, ce monument emblématique est menacé à la fois par le comportement d’un individu, le laisser faire des autorités en place et la méconnaissance générale de l’histoire des sultanats des Comores.


Il est URGENT que les responsables gouvernementaux prennent leurs responsabilités et que les autorités judiciaires agissent pour faire cesser cette spoliation et ce mauvais coup porté au patrimoine de notre pays. Il ne s’agit pas d’un acte isolé mais d’une étape dans la destruction irréparable de notre héritage historique.


Il est URGENT de sensibiliser la population sur la défense de notre patrimoine. A cause de ce qu’il se produit autour de la citadelle de Mutsamudu, nous sommes en train de perdre un atout pour un développement économique raisonné résultant de l’inscription imminente de nos sites au patrimoine mondial de l’UNESCO.


Sauvons les sites de notre patrimoine et leur environnement. Ne laissons pas les intérêts individuels mettre en péril la mémoire de nos ancêtres et notre dossier d’inscription au patrimoine Mondial !
Quand tous les spéculateurs auront achevé de détruire les monuments-témoins de l’histoire de notre nation, que dirons-nous aux jeunes générations sur la manière dont nous avons su défendre leur héritage ?


Fatima Boyer, présidente