Cher amis,

Comme nous l'a annoncé Hortense Belhôte lors de la dernière Assemblée Générale, elle a constitué un trio féminin qui représentera les Comores lors du Mois des Cultures de l'Afrique la semaine prochaine à Paris, aux côtés de l'auteure Touhfat Mouhtare et de la chanteuse M'âme.
Hortense sera très heureuse de vous retrouver lors de cette manifestation (entrée gratuite) dont voici les caractéristiques :


FEMMES SUSPENDUES, lecture musicale
JEUDI 11 MAI à 19H
à la Médiathèque Musicale de Paris
Forum des Halles, 8 porte St Eustache
ENTREE LIBRE


Lecture musicale des textes de Touhfat Mouhtare-Mahamoud, avec la voix d’ Hortense Belhôte et les chants et musiques de M’âme (Halima Ka).
Au détour d’une grossesse, à mi chemin entre le carrelage des toilettes et la pureté des nues, une auteure, une chanteuse et une comédienne s’arrêtent. Suspendues. Elles créent l’espace de l’instant où se croisent leurs vécus et leurs talents, où se multiplient les âmes et les sœurs du passé, pour en enfanter de nouvelles.

DUREE : 1h
Touhfat Mouhtare: texte, lecture et choeur
Hortense Belhôte : lecture et mise en scène
M’âme : chansons et musique

CREATION MOCA 2017 - Mois des cultures de l’Afrique
Crédit photo : Maoni Corner's Pics

 

RENCONTRES
Touhfat est comorienne de naissance, a grandi en Afrique de l’Est et vit désormais à Paris. Conçue en Afrique de l’Ouest, Hortense est née à Paris et travaille régulièrement aux Comores. Née à Djibouti, M’âme est d’origine comorienne et a toujours vécu à Paris.
Hortense et Touhfat se sont rencontrées il y a plusieurs années lors d’une semaine africaine à l’Unesco. Elles tenaient conjointement le stand de l’archipel. Chargées toutes deux de défendre l’héritage matériel et immatériel du pays, elles contrastaient avec les vendeurs de tissus, d’épices et de bijoux des grandes puissances culturelles du continent. Elles n’avaient tout simplement rien à vendre. Mais beaucoup à dire.
Touhfat et M’âme se sont rencontrées lors d’une interview croisée. Toutes deux jeunes femmes artistes d’origine comorienne, un peu rebelles, construisent leur émancipation par leur art au quotidien. Ces voyageuses intérieures se retrouvent autour du goût de la langue poétique et de l’écriture. Leurs esthétiques néo romantiques affrontent l’Amour avec force, courage et impudeur.

Touhfat Mouhtare
est une auteur de nouvelles et de poésies, vivant en France. Ses écrits sont publiés dans deux ouvrages : Ames suspendues, paru en 2011 aux édition du Coelacanthe, et dans Sous mes paupières, un ouvrage collectif paru en 2014 chez L’Harmattan. Son travail, mis en lumière notamment par les rencontres Palabres autour des arts, explore le Romantisme moderne, l’amour et le chemin de l’âme dans les carcans sociaux.

Hortense Belhôte
est une comédienne et auteur de théâtre, vivant en France. Elle a travaillé la danse et la musique avec le chef d’orchestre Hacène Larbi et le chorégraphe Mark Tompkins notamment. Interprète pluridisciplinaire elle est également historienne de l’art et auteur impliquée dans les questions patrimoniales. Elle est bénévole dans l’association Patrimoine des Comores depuis dix ans et a ainsi animé plusieurs stages de jeu d’acteur sur l’île d’Anjouan.

M’âme
est une chanteuse-guitariste, auteure-compositrice, vivant en France. De son vrai nom Halima Mariame Kadi, M’âme est autodidacte. Elle aborde la chanson française à à travers des thèmes humanistes, philoso-spirituels, racontant le voyage intérieur de l’Être, soumis aux questions de la vie. Elle crée en 2014 le groupe Extraterra, groupe de chansons françaises à textes joués dans un climat énergique joyeux et décalé


Chers adhérents, chers amis et partenaires,

J'ai le plaisir de vous informer que Madame Audrey Azoulay, Ministre de la Culture et de la Communication à Paris vient de me décerner au titre de la promotion de l'hiver 2017, le grade de chevalier de l'ordre des Arts et des Lettres.
Cette distinction m'honore personnellement et j'en suis très fière. Elle est également une reconnaissance de la cause que nous défendons ensemble. C'est pourquoi je tiens à partager avec vous tous la joie que je ressens aujourd'hui ainsi. Par votre travail, votre appui et vos contributions vous avez fait qu'aujourd'hui le Ministère de la Culture et de la Communication m'a décernée une décoration qui est autant à vous qu'à moi. Cette médaille est le symbole du travail que nous avons effectué ensemble depuis treize ans. Elle est également un encouragement à poursuivre notre mobilisation pour la défense du patrimoine de l'Union des Comores.

Je vous remercie pour avoir cru à cette mission et pour votre soutien.

Cordialement.

 

 

 Séminaire « Patrimoines en danger » INP, 8 octobre 2013

  « L'Archipel des Comores, un avenir en péril »

 par Suzanne Hirschi, architecte, enseignante à l'ENSAPL, expert du CPC*


  

« La sauvegarde du patrimoine des Comores »

 par Fatima Boyer, Présidente du Collectif du Patrimoine des Comores

 

Suzanne Hirschi décrit l'état inquiétant du riche patrimoine architectural des Comores qui par négligence ou méconnaissance risque fort de disparaître dans les prochaines décennies. A l'inverse le patrimoine immatériel (danses, musiques, poésie, gastronomie, habillement, etc) est l'objet d'un réel intérêt de la part de la population. Faut il l'associer à l'immatériel pour que la population et les autorités s'impliquent d'avantage dans la défense de leur patrimoine?.

 

Fatima Boyer décrit les conditions historiques et géographiques dans lesquelles ont été été édifié principalement à Ngazidja (Grande Comores), à Ndzuani (Anjouan) nombre de monuments militaires, religieux et privés qui constituent la spécificité du patrimoine comorien

 


 

Actes du Grand Séminaire de l'Océan Indien, septembre 2014 à Saint Denis de la Réunion

 

« Patrimoine et Développement du Tourisme : Cas des Comores »

 par Fatima Boyer, Présidente du Collectif du Patrimoine des Comores

 

 

 

Fatima Boyer dresse la liste les richesses architecturales et naturelles de l'Union des Comores. Elle décrit les efforts que mène le Collectif du Patrimoine des Comores en vue d'atteindre une meilleure connaissance et reconnaissance de ces sites.

 

Enfin, elle plaide pour que ces derniers soient inscrits au patrimoine mondial de l'UNESCO qui permettrait une protection de ses richesses et pourrait être un levier pour une politique de développement les atouts touristiques de l'archipel.

 


 

Actes du Colloque « la valeur patrimoniale des économies de terroir comme modèle de développement humain »

 

Paris, 18 et 19 février 2015

 « L'ylang-ylang d'Anjouan (Union des Comores) un paysage culturel en devenir »

 par Fatima Boyer, Présidente du Collectif du Patrimoine des Comores 

A la fin du XIXème siècle sous l'impulsion de quelques sultans et de colons précurseurs, les quatre îles de l'Archipel des Comores ont connu un fort développement de cultures à rentes: d'abord, la canne à sucre, puis les plantes à parfums. Cette mono activité a façonné le paysage des Comores et en particulier celui d'Anjouan qui continue à cultiver l'ylang-ylang. Cette activité agro-industrielle qui est aujourd'hui atomisée et souvent vétuste mériterait d'être davantage mise en valeur car elle est une source de richesse, de notoriété et un pôle d'attrait touristiques.>

 

 

 

 Chers adhérents et amis

 

J'ai le plaisir de vous, convier à notre assemblée Générale Annuelle qui se tiendra

 

samedi 18 mars 2017 à 15 heures

 

A l'Espace Cargo 21

 

21 Rue Cave 75018 PARIS

 

Métro Barbès

 

Ordre du jour

 

1) Rapport moral 2016 dont bilan du chantier de l'Ujumbé en 2016 [vote]

 

2) Rapport Financier 2016 [vote]

 

3) Élection des administrateurs sortants : président, vice président, secrétaire général [vote]

 

4) Points sur les action à venir :

 

Poursuite du chantier restauration de l' Ujumbé à Mutsamudu etpoint sur les partenariats.

 

Dossier « Déductions fiscales »

 

Journée de l'Ujumbé à Paris, en partenariat avec le Ministère de la Culture. Désignation de son comité d'organisation

 

5) Tour de table des actions en cours et prévues

 

6) Appel à cotisation [vote]

 

 

Un pot de l'amitié clôturera la réunion

 

Si vous ne pouvez pas être présent, merci de nous adresser dans les meilleurs délai par mail ou par courrier la procuration.

 

 

Fatima Boyer

 

Présidente du Collectif du Patrimoine des Comores

 

 Chers partenaires, adhérents et amis du Patrimoine,

 

J'ai le plaisir de vous informer que l'association Jeunes du Patrimoine des Comores (JPC) à Mutsamudu sur l’Île d'Anjouan vient d'être reconnue par le journal Alwatwan à Moroni, Association de l'année et occupe la 10ème place du palmarès.

 En notre nom à tous, nous présentons au Président Idriss Mohamed et tous les membres de cette association nos vives félicitations et nos encouragements dans la réussite de leurs prochaines missions.

http://www.alwatwan.net/index.php/societe/14250-les-10-personnalites-al-watwan-de-l-annee-2016

 

 

Collectif du Patrimoine des Comores

 Fatima Boyer

 

Un membre du Collectif à Ngazidja promu directeur général de l'Office du Tourisme à Moroni, Union des Comores
 Monsieur Mouzamildine Youssouf, membre du Collectif à Itsandra vient d'être promu directeur général de l'Office du Tourisme à Moroni.
Son défi est la développement du tourisme des îles de l'Union des Comores. La valorisation et la promotion du patrimoine bâti en tant que moteur de développement du tourisme de l'Union des Comores sont les points forts de son programme d'actions

 

Comme vous le savez, la deuxième tranche des travaux de restauration du palais des sultans, l'Ujumbé de Mutsamudu vient de s'achever. Ces travaux ont été effectués sous la direction technique de CHAM, en la personne de monsieur Jean Francis Delacourt et de messieurs Louis Nizet et Farid Rachadi de l'Antenne du Collectif à Mutsamudu.

 Ces travaux ont pu être financés par le reliquat de la subvention de 2010 venant de l'ambassade des Etats Unis à Madagascar. Cette enveloppe a été complétée par la subvention accordée par le Ministère de la Culture à Paris à qui nous renouvelons nos remerciements pour cette aide.

 La population ainsi que les différents visiteurs occasionnels ont pu constater l'intérêt de restaurer les édifices de la ville.